Chercher
Sélectionner la plate-forme:




Chercher par titre:




Final Fantasy VI (Super NES)

Par - 21 Aout 2011 15:48:20 - Fiche du jeu


Page :






Je sens déjà les chaudes larmes et les froides lames des fanboys (RPG/Nintendo, la pire alliance de tous les temps) sur ma joue.

Final Fantasy 6 repousse les prouesses de la supercherie Chrono Trigger, qui pendant quinze ans s'est approprié le titre du meilleur RPG de tous les temps. FF6 lui est entré dans un combat millénaire avec son collègue de boulot FF7 -comme Alien Vs Prédator- et les fanboys s'entre-déchirent à chaque fois qu'un débile lance la discussion "FF6 vs FF7, cé lqkel lmieu?". FF6! Non FF7! FF6 a placé les bases! FF7 a perfectionné! FF6 c'est de la vraie heroic fantasy, pas de la merde futuriste! FF7 c'est mature, pas comme la niaiserie FF6! Les materia c'est mieux! Avant on avait plus de liberté! Kefka est mieux que Sephiroth! Sephiroth est mieux que Kefka! Et bla. Et bla. Et bla. Evidemment, la chute à cette blague, c'est que les deux jeux sont quasiment identiques, et qu'ils sont tous les deux aussi nuls.

Le premier gros problème de FF6, c'est son histoire. Et oui, forcément. Pourquoi pensez vous que tous les fans de jeux de combat, de RPG, et de Nintendo se touchent dessus comme s'il n'y avait pas de lendemain ? Parce qu'il atteint les profondeurs inégalées des pires moments de Naruto.
FF6 réunit comme d'habitude les même clichés pourris de l'animé moyen, avec la touche écologie à la Nausicaa, et le cadre Star Wars (le méchant Empire, la guerre de 1000 ans, le héros amnésique, le méchant qui se bat avec ses déclarations philosophiques, bref). Mais aussi de l'humour! et de l'émotion... Sauf qu'en fait aucun de ces personnages tous plus génériques les uns que les autres n'est réellement intéressant. Je ne vais même pas aborder le problèmes des "mascottes", qu'on empile vers la fin du jeu et qui servent juste à gonfler le nombre de jouables sur la boîte (Gogo, Umaro, Mog, Relm). Non, aujourd'hui, nous allons étudier le cas de Terra.



Ca, c'est Terra. Comme on se l'imagine. Parce qu'en fait c'est ça Terra :



Et je suis vraiment désolé, mais j'ai du mal à m'investir dans l'histoire tragique d'un sprite SD animé avec les pieds. Vraiment. Si encore ils avaient évité les situations ridicules, où le jeu ne peut pas retranscrire exactement ce qui se passe sur papier... Un combat épique entre Odin et un fantôme! Bim bim! Quel plaisir de voir les deux sprites s'entrechoquer avec autant de violence que deux Actionman(TM) dans les mains d'un gosse de cinq ans! C'est vrai que tous les RPG sont un peu comme ça, mais FF6 pousse vraiment la chose à cause du côté très animu de leurs mouilles. Earthbound, tout en possédant presque six fois moins d'expressions pour chaque personnage, arrivait à faire passer des émotions. Pourquoi ? Parce que les modèles de base ressemblaient à des humains humains ? Pas seulement. Qu'est ce qui fait que FF6 est ridicule de bout en bout, alors qu'il déploie une armada de machins hyper épiques, un vaisseau volant, quatorze personnages jouables, des dizaines de magies, des invocations et tout le bazar qui va avec?
PARCE QUE C'EST ECRIT AVEC LES PIEDS

Surprenant non? Qui aurait bien pu penser que tout l’intérêt d'un RPG à scénario était la manière dont est écrit le scénario? Dingue! FF6 n'a donc pas seulement le look enfantin, mais se lit également comme une histoire inventée par le petit neveu de huit ans hyperactif et fan de DBZ. Et bien sûr, la cerise sur le gâteau, c'est que le jeu se prend super au sérieux. Avec un petit effort d'imagination, on peut imaginer le scénariste, en caleçon, devant son pc sous Windows 95, venant de regarder le dernier épisode de Sailor Moon, et se décidant enfin à écrire les dialogues de Kefka tout en versant une larme :
"I'm a god! I'm all-powerful! Uwee-hee-hee... I'll collect more Espers I'll extract their magic. Ouch! B-blood... Blood! Blood!!! You vicious brat! Argh... Grrr...! You know, you really are a stupid... Vicious... Arrogant, whiny, pampered, backstabbing, worthless... LITTLE BRAT!!!" Quand un point d'exclamation ne suffit plus, utilisez en trois pour L’INTENSITÉ X-TREEEEEEEME.

Et lui c'est Locke, et lui c'est Kefka,
et Kefka il il il il est méchant alors il a enlevé l'amoureuse
de Locke, alors Locke il va la sauver
et et et et et FFFZZIMMMM il le découpe!!!!!


Il n'y a rien de "mature" ou de "dramatique" là dedans. Quand des adultes chialent devant la scène de l'opéra (ou la mort d'Aerith, ou la chanson d'amour de Squall, c'est pareil hein), faut se poser des questions messieurs. "Mais replace le jeu dans son contexte! A l'époque rien ne se faisait de mieux!" que j'entends au fond. Sauf que trois mois plus tard sortait Earthbound, qui lui est maîtrisé du début à la fin. Réactions des hardcore gamers ? Lolilol earthbound c'est trop marrant, on peut se battre contre des hippies et une flaque de vomi trop fuuuun mais bon pas autant d'intensité dramatique que quand Chrono revient à la vie. Putain de dégénérés. Aaaah Sabin je suis ressuscité que dix secondes mais je voulais dire je t'aiiiiiime aaaaah prout

Le développement individuel des personnages seul n'est bien sûr pas à remettre en question, il faudrait aussi se demander comment les scénaristes ont pu déboucher sur une structure globale aussi moisie. Et surprise, ils l'ont réutilisé dans FF7. En gros, la première partie du jeu est clair, Empire méchant, poursuivre et tuer Kefka, sauf que Kefka ça devient Dieu et à partir de là plus rien n'a de sens. On se retrouve dans une sorte de quête sans queue ni tête à la Wind Waker, où on peut directement aller tabasser Kefka, ou bien aller se bouffer quinze heures de quêtes annexes. Sauf qu'évidemment elles sont obligatoires, parce que sinon on se fait exploser par le plus petit des ennemis du dernier donjon. Mais il n'y a aucune trace de l'histoire principale pendant ces quinze heures, c'est un peu comme s'ils s'étaient dit "oh et puis merde" et que le reste de l'équipe avaient du combler le trou en rajoutant des sous intrigues chiantes et des excuses pour grinder comme un porc. Mais ça aurait pu être une bonne excuse pour développer le monde de FF6, qui ne sera bien sûr pas exploité. Ouais, FF6 pèche aussi par son manque d'identité. Toutes les villes sont les même, avec les même musiques plates, tous les habitants ont la même gueule et dégobillent les même conneries sur le même ton. Beaucoup d'ennemis se répètent, et reviennent simplement avec une couleur différente et un nom changé. L'Empire aussi, c'est l'Empire de quoi exactement ? Parce qu'ils ne contrôlent quasiment aucune ville ou royaume, vu qu'au début du jeu ils sont toujours en pleine guerre. Au final rien n'a de sens, on ne s'attache pas à cet univers, car il n'a rien de spécialement caractéristique ou inédit. Malheureusement, ce manque de personnalité se reflète aussi dans le système de combat.



Page :





Retour à la page des tests




Contact - Mentions légales