Chercher
Sélectionner la plate-forme:




Chercher par titre:




The Legend Of Zelda : Twilight Princess (Wii)

Par - 14 Janvier 2007 21:17:58 - Fiche du jeu


Seul jeu valable en cette fin d'année sur Wii, ce portage honteux d'un jeu gamecube nous aura fait patienter. "120% Zelda" disait Aonuma, et bien je le crie haut et fort, 120% MON CUL oui ! Nintendo, en moins de 5 ans, aura réussi à massacrer deux de ses licences majeures : Mario et Metroid. Il était donc temps de s'attaquer à Zelda, parce que lui aussi à le droit d'avoir son épisode à chier. Et puis, comme il faudra s'en contenter jusqu'à fin 2007 (date de sortie de Metroid 3), autant en faire le pire épisode de la saga

Mais Zelda Wii, avant d'être une arnaque sur le point du "gameplay révolutionnaire" est une arnaque sur plein d'autres choses. Comme par exemple au niveau technique : graphiquement, on a l'impression de regarder Ocarina of Time à travers une bouteille d'eau croupie, ce qui est quand meme, en 2007, un tour de force. On obtient les plus gros clichés du jeu vidéo. Le monde du feu, le monde de l'eau, etc etc. Il faudrait peut-être se renouveller Mr Aonuma. Je parlerai brievement de l'arnaque 480p, qui de toute façon, ne change pas grande chose à l'affaire : le jeu reste moche dans tous les cas. Je suis même fier d'être un joueur européen : mes lésions occulaires seront atténuées par le flou de notre version. Musicalement, je pense que toute la bande originale du jeu a été composée par André Rieu, ou en tout cas un parent proche. Nintendo, non content de ne pas offrir un son orchestral, nous empale les tympans avec ces thèmes musicaux d'un autre temps, souvent resucés d'anciens Zelda. Vous retrouverez à votre grand plaisir les thèmes des gorons, des zora et des autres peuplades inexistantes d'Hyrule.

Toutefois, oublions le côté technique. Nous ne sommes pas encore pleinement dans la "next gen" et il est vrai que ce zelda est avant tout un jeu gamecube. Là où ce Zelda échoue, c'est à nous émerveiller. On se souvient encore du boss final dans Ocarina ou de la quête du Masque des Amoureux dans Majora. Twilight Princess ne propose donc rien de tout cela. Composé de plus ou moins 7 donjons (plusieurs sont ridiculement petits donc définir un nombre exact est plutot dur), TOUS sauf UN étant repris d'anciens Zelda : La foret, le feu, l'eau, la glace, le sable, le ciel et la grande surprise, le temple du temps, renfermant des énigmes stylées Zelda 80's, Aonuma n'ayant plus d'idées à ce point du jeu. Le jeu manque d'ampleur, d'ambition. La carte du monde est la même qu'un certain Ocarina of Time sorti en 1997. Même lieux, même villes. Certains diront que c'est pour assurer la continuité, perso je pense plutot à de la fainéantise pur et simple. Le plus drôle dans ce jeu c'est que la terre d'Hyrule doit être peuplée de 50 personnes. Dont la moitié est muette. Paie ton jeu pas fini.

Un jeu extremement simple, se finissant en 35h montre en main (moins que the Wind Waker, faut le faire), dont 10mn pour le boss de fin. Autant dire qu'après avoir battu pour la énième fois ce cher Ganon, on sent passer les 310€ dépensés pour jouer à ce monument. Mais, il est vrai, un Zelda c'est avant tout des quêtes annexes. Ocarina avait ses Skultula, Majora avait son journal et ses gens à aider, Wind Waker ses statuettes. Et bien Twilight Princess n'a rien. Oui, absolument RIEN. Le fait de transformer les 1/4 de coeur en 1/5 n'était qu'une ruse perverse de Japonais, vu que les 80% de ces réceptacles sont situés dans...les donjons. Un bonus ? Oui tout de même, il faut donner l'impression d'avoir travaillé pendant 4 ans. Un donjon caché de 50 étages, ne nous offrant rien du tout après l'avoir terminé. Bonheur absolu. Il n'y a donc aucune quête annexe à part la passionante partie de PECHE (la partie la plus mise en avant du jeu lors de l'e3 2006) qui ne sert, elle aussi, absoluement à rien. Ajoutez à celà des personnages secondaires vides de vie, de charisme et de conversation, des villes se résumant à 3 écrans fixes et aucun dialogue enregistré et vous obtenez le jeu le plus morne et terne de cette génération. Même le très critiqué Starfox Adventure est LOIN LOIN LOIN devant Twilight Princess. Mais style LOOOOOOOOOOOOIN.

Parlons également de la "Twilight Realm". Mmm. En pénétrant la première fois dedans, on se demande si le mec qui faisait le design de MP2 ne s'est pas trompé d'adresse en envoyant ses dessins. C'est laid, c'est chiant musicalement, c'est inutile. La twilight realm se réduit à "link sauveur du monde trouve les 236974 perles de lumière mon enfant hohohoho". Voilà c'est tout. Oui, c'est tout. En plus de ça, à la moitié du jeu on nous donne la possibilité de changer de dimension à volonté ce qui casse totalement le jeu et rend donc la twilight realm encore PLUS inutile. La forme en loup qui devait être le point d'orgue du jeu, et devait permettre de parler aux animaux et d'acceder à ne nombreuses quêtes, est totalement transparente. On l'utilise 3 fois dans le jeu et HEUREUSEMENT qu'on nous oblige son apparition contre le boss de fin sinon on aurait presque oublié son existence. N'est pas Amaterasu qui veut.

Mais le point fort de cette version wii (et d'ailleurs son seul intérêt) c'est la maniabilité à la zapette. Bien...pas bien...je pourrais le résumer en une phrase : "veuillez pointer votre wiimote vers l'écran". En effet, le secret de la zapette est vraiment très simple : bien loin d'une technologie style lightgun, il faut la pointer vers la BARRE SENSITIVE épaisse de 1cm. Autant dire que à chaque fois que l'on dégainera l'arc, le grappin, ou autre, il faudra agiter pendant 5mn la manette pour déterminer où se trouve la zone de "sensibilité" de l'écran. En dehors de cette zone le jeu nous balancera donc un écran gris avec la phrase citée plus haut. Mais attention de ne pas l'agiter trop fort, ou vous pourriez donner un coup d'épée ! Crise de fou rire. On ajoute à cela des mécaniques de 1997 et l'impossibilité de bouger la caméra et on obtient le jeu le plus archaïque jamais créé. Je ne parlerais pas de la poire qui est totalement hors du coup : n'oubliez pas de répeter 27 fois le geste d'affilée, peut-être qu'à la fin vous obtiendrez ce fameux coup de bouclier.
Notons tout de même l'effort de Nintendo, l'ajout des QTE lors de très rares moments. Très mal intégrés et ne servant à RIEN, c'est toutefois important de noter un nouveau plagiat dans ce jeu. En plus de Shadow of the Colossus, Okami voilà maintenant Shenmue.

En gros, Zelda Twilight Princess n'est rien d'autre qu'un gros pot pourri (mais bien bien pourri) de tous les Zelda. Il suce à gauche, il suce à droite. Mais il ne possède pas le génie des "petits" Zelda, comme Majora ou Link's Awakening. Et malheureusement il n'a pas non plus le côté épique de A Link to the Past ou Ocarina. Le cul entre deux chaises, ne voulant pas trop se marginaliser, mais ne voulant pas trop devenir ambitieux, on a l'impression de retourner en 1980 et de payer 60€ un jeu qu'on devrait pouvoir télécharger pour 10 sur Internet. Illustrant à merveille la régression du jeu vidéo que Nintendo a engagé depuis la sortie de la DS, ce Zelda vous fera prendre conscience du haut niveau de merdissimalité de la nouvelle console blanchatre de la firme. Une honte pour le monde du jeu vidéo, qui retourne 10 ans en arrière grâce à ce chef d'oeuvre. Bravo Nintendo !


Note : 5/10
Zelda, Zelda... Je crois me souvenir d'un bon jeu d'aventure à l'époque, qu'on avait appelé Zelda alors que son héros s'appelait Link...Etrange...Nous sommes maintenant en 2007, qu'est-il advenu de la plus grosse licence de Nintendo ? Rejoint-elle les massacrés Mario, Metroid et autres ? Il semblerait que oui.





Retour à la page des tests




Contact - Mentions légales