Membre
17 posts
depuis le 6/11/2013
mmppprrrrfffffchier

livealive

Live a Live (et non Live a Evil comme pourrait le faire supposer l'écran titre) est un rpg de Square sorti sur SNES en 1994. Pour diverses raisons, il n'est jamais sorti du Japon, et il est donc peu connu, mais magie de l'émulation et des fan traductions, il est aujourd'hui possible d'en profiter dans la langue de Shakespeare.

Live a Live est un rpg original à plus d'un titre. Sa particularité principale est qu'il s'agit en fait de sept jeux en un (même plus que sept en réalité, puisqu'après avoir terminé les 7 aventures proposées, on en débloque une 8e). Ces 7 scénarios sont totalement indépendants les uns des autres, et prennent chacun place dans un univers qui n'a rien à voir avec les autres : préhistoire, Chine ancienne, farwest, époque contemporaine, ou science-fiction pour en citer quelques uns, ce qui donne à chacun d'entre eux un caractère véritablement unique.

Certes, chacun de ces chapitres fait abondamment appel aux clichés du genre concerné (par exemple, pour le chapitre western, attendez-vous à croiser le cowboy solitaire et taciturne, le chasseur de primes obstiné, le shérif dépassé par les événements, la troupe de mariachis, etc), mais ce n'est pas spécialement un souci car les codes du genre sont très bien maîtrisés, le jeu puisant son inspiration non seulement dans de multiples sources cinématographiques, mais aussi dans l'univers du manga et même d'autres jeux vidéo. De plus, les différentes situations rencontrées au cours des différentes histoires sont tellement variées que l'on n'a de toute façon guère l'occasion de se lasser.

Si le background est varié, il en est également de la tonalité de chacune des aventures. Certains scénarios sont vraiment sombres, d'autres absolument pas : rien à voir par exemple entre l'ambiance oppressante du vaisseau spatial à la Alien, et le scénario préhistorique qui enchaîne les gags visuels sans le moindre dialogue (puisqu'il se déroule à une époque antérieure au développement du langage) et nous donne comme compagnon un gorille qui attaque les ennemis en leur lançant son caca dessus.

Même au niveau du gameplay proprement dit, chaque chapitre y va de son gimmick qui va contribuer à marquer la différence par rapport aux autres aventures. Ainsi, dans un chapitre, le protagoniste peut lire dans les pensées des pnjs ce qui permet d'obtenir des indices sur la marche à suivre, dans un autre chapitre on a un temps limité pour organiser la défense d'une ville, et un troisième suit le format d'un tournoi d'arts martiaux à la Street Fighter avec un héros qui progresse en copiant les techniques de ses adversaires. Les développeurs ne se sont clairement pas contentés de mettre une skin différente sur une structure commune, chaque histoire a sa personnalité bien à elle, et au final, c'est bien simple : si ce n'était pour l'interface et le système de combat qui restent le même pendant tout le long, on aurait réellement l'impression de jouer à un jeu différent à chaque fois.

dio

Le système de combat, parlons en justement, à l'image du reste, il est assez atypique, et consiste en un mélange bizarre de tour par tour classique et de tactical rpg. Les combats prennent place sur une grille sur laquelle on peut librement déplacer ses personnages et les faire attaquer leurs adversaires (qui sont eux aussi soumis à ce système). Chaque technique a une portée et une aire d'effet spécifique, le placement est donc primordial (ce qui implique un peu de trial & error, pour par exemple apprendre que c'est une très mauvaise idée de rester sur la diagonale du gros taré avec la gatling) pour exploiter les safe spots éventuels des attaques ennemies (ce qui devient plus ou moins indispensable lors des combats les plus costauds). On sent que même si Final Fantasy en était déjà à sa 6e itération, c'était une époque où les codes du jrpg étaient encore loin d'être aussi codifiés qu'aujourd'hui, et les développeurs se permettaient encore d'expérimenter pas mal de fantaisies.

Les différents scénarios ne sont pas très longs, aucun d'entre eux ne durant plus d'une poignée d'heures (certains peuvent même potentiellement se boucler en une bonne demi-heure). C'est à la fois une bonne chose d'un point de vue rythme, parce que le jeu ne se perd jamais en longueurs superflues et qu'on n'a quasiment pas le temps de s'emmerder, et une mauvaise chose, car les histoires restent du coup assez simples et il faut un minimum jouer le jeu pour s'attacher aux personnages.

Cela dit, si la narration peut de prime abord ne pas payer de mine, elle est en réalité beaucoup plus intéressante qu'il n'y parait, et cela devient particulièrement notable lors du 8e chapitre (qui sert en quelque sorte de conclusion au jeu), qui réservera son lot de surprises à l'esthète averti.

Enfin, mention spéciale aux musiques, peu nombreuses mais d'excellente qualité, et surtout parfaitement adaptées à chaque situation, qui contribuent pleinement à poser les différentes ambiances rencontrées.

Bien entendu, Live a Live n'est évidemment pas dénué de défauts, on peut ainsi citer :

- Il n'échappe pas au syndrome pas mal répandu dans les jeux de cette époque du "je sais que le jeu attend quelque chose de moi à cet endroit, mais j'ai essayé tout ce qui me semblait logique, et je n'ai plus la moindre idée de ce que je pourrais faire pour faire avancer l'histoire, alors je reparle à tous les pnjs au pif". Rien de trop dramatique pour peu que l'on n'hésite pas à expérimenter un peu, mais certains passages peuvent quand même se révéler un peu frustrants par moment.

- La difficulté est... étrange, il n'y a pas vraiment d'autre mot. Certains chapitres sont des balades de santé, où il est presque littéralement impossible de perdre un combat même en le faisant exprès, et puis d'un coup un boss incroyablement vilain débarque sans crier gare et détruit le joueur non préparé. Parfois, au sein même d'une zone de jeu, on pourra ne croiser que des gringalets qui meurent dès qu'on croise leur regard, et soudain tomber sans prévenir sur un ennemi capable de violer l'ensemble de l'équipe en une seconde. Il est donc recommandé de prendre l'habitude de sauvegarder souvent.

- C'est un rpg jap, il y a donc une quantité ahurissante de trucs cachés (sur certains chapitres, il est possible de louper au bas mot une bonne moitié du contenu sans rien soupçonner) que l'on n'a à peu près aucune chance de dénicher sans l'aide d'un guide. Pendant la majorité du jeu ce n'est pas vraiment gênant, car on peut simplement se laisser porter par l'histoire, et il n'y a pas spécialement besoin d'équipement de malade ou de farmer pendant des heures pour arriver au bout (pour les boss bonus, c'est une autre histoire, mais comme de toute façon ils sont impossibles à trouver sans guide...).
Cependant, sur le dernier chapitre, le boss final est loin d'être un rigolo, et ne fera qu'une bouchée d'un joueur qui s'est contenté d'avancer à l'instinct jusque là. Avec l'équipement approprié, le challenge est tout de suite plus raisonnable, malheureusement les objets utiles pour survivre plus de trois tours contre lui se trouvent dans des donjons optionnels (bien) cachés, et c'est là qu'on est bien content de l'existence de gamefaqs.


En conclusion, Live a Live est un excellent jeu. Il a certes vieilli, et c'est évident qu'il n'a pas le même impact aujourd'hui que celui qu'il aurait pu avoir s'il était sorti dans nos contrées à son époque, mais je pense que s'il avait eu droit à sa localisation au moment où ça comptait, il compterait aujourd'hui au rang des classiques de la SNES.


Ah et sinon, ce jeu doit comporter l'un des ennemis de jrpg les plus répugnants que j'ai jamais vu. Sérieusement, qui a imaginé ce truc ?
ewww

Invité
profil supprime

smiley114

Ca donne envie.

Dranac: c'est clairement ça smiley45

Edit par Ed3m (24/10/2015 18h06)

Membre
2 373 posts
depuis le 30/11/2010
Professeur Laytron
mmppprrrrfffffchier a écrit :

un gorille qui attaque les ennemis en leur lançant son caca dessus.

J'achète !

Novad-19
7 278 posts
depuis le 2/07/2008
NoVa

il a l'air très cool en effet.

Invité
Zaki
Membre
56 posts
depuis le 18/06/2014
Azrae

Ça fait grave envie.

CrizzDado
1 833 posts
depuis le 20/07/2012
DrizztDaermon

Ce pur jeu smiley8
Mon préféré était la période préhistorique, tout en expressions et émoticônes donc sans besoin de lire le Jap.
Un vrai grand titre, un peu à la manière des Saga dispo sur Snes également, à l'ambiance et au parti pris très original.

La Triforce de la sudation
13 000 posts
depuis le 6/08/2007
TS_JBG

smiley114 Ca a l'air plutôt coolos.

merci du partage.

Membre
17 posts
depuis le 6/11/2013
mmppprrrrfffffchier

Quand j'y pense, ce jeu est rempli de passages marquants.

En tous cas, je suis curieux de voir les avis d'ordures objectives sur ce jeu, pour ma part je ne l'ai découvert qu'il y a quelques années, donc la nostalgie n'a même pas joué plus que ça.

Membre
383 posts
depuis le 13/06/2017
JVRS
Ally McBeal
2 861 posts
depuis le 28/11/2010
Blueberry

Réponse au message de JVRS posté 7/07/2020 19h03

Ce déterrage de topic que personne ne va remarquer smiley114

Membre
383 posts
depuis le 13/06/2017
JVRS

Réponse au message de Blueberry posté 7/07/2020 19h41

Si ça peut faire lire le test à plus de gens. smiley76

privileged shitlord
2 129 posts
depuis le 3/06/2010
munky

Pied de page des forums

ContactMentions légales